• Alice Bodineau

De Jack Sparrow au community management : jusqu’au bout du monde

Quand j’étais petite, j’ai connu deux « passions » à deux périodes différentes.


La première quand je devais avoir 7 ou 8 ans, c’était les dinosaures. J’ai lu et relu les pages consacrées à cette période de l’histoire de mon encyclopédie illustrée (et bien sûr, vu et revu Le petit dinosaure, mais là on est pas vraiment sûre de la fiabilité des infos ;) ).


La seconde, et celle dont je voudrais vous parler aujourd’hui, ce sont les pirates*.


Je crois bien que ça a commencé lors de la sortie du premier Pirates des Caraïbes (et j’assume complétement, je suis une grande fan du premier volet). J’avais donc 10 ans. Je me souviens encore qu’à l’époque, j’étais tombée par hasard sur un « lit-bateau » clairement inspirée de l’univers de la piraterie, dont j’ai rêvé pendant longtemps. Bref… L’an dernier j’ai dévoré la série Black Sails (que je vous conseille vivement !) mais aussi lu LE livre de piraterie par excellence : L’île au Trésor de Robert Louis Stevenson. Il y avait bien longtemps que je ne m’étais pas à nouveau intéressée aux pirates. Et ils m’avaient manqués !


Pourquoi je vous parle des pirates aujourd’hui ? C’est parce que je pense que les pirates, et la piraterie, m’ont fait comprendre des choses déterminantes sur moi-même, à une époque où j’avais besoin de nouveaux repères.


Qu'est-ce qu'elle m'embrouille avec les pirates et le community management elle... ?

1. Un irrépressible besoin de liberté

Quand j’ai officiellement décidé de changer de métier, j’ai eu la chance de bénéficier d’un accompagnement de qualité par la Mission Locale (je pourrais vous reparler de toutes ces démarches que j’ai effectuées, si le sujet vous intéresse).


Je me souviens d’un rendez-vous collectif durant lequel la conseillère a distribué un paquet de cartes à chaque participant.


Sur chaque carte figurait le nom d’une valeur particulière : argent, ambition, famille, loyauté, reconnaissance, autonomie, coopération, solidarité, utilité… Bref, vous voyez. Nous avons tous sélectionné les valeurs qui nous semblaient les plus importantes.


Je ne me souviens plus exactement de toutes celles que j’avais sélectionnées mais je sais que très vite, la carte « Liberté » s’est retrouvée en haut de ma liste pour ne plus jamais la quitter. J’ai hésité sur d’autres cartes mais sur celle-ci, je n’ai eu aucun doute. Je crois que je rêve de liberté depuis toujours, mais que je viens seulement de m’en rendre compte.


Il y a dans la piraterie une forme d’indépendance qui me parle beaucoup. Ce n’est pas pour rien que j’ai choisi, il y a 6 mois maintenant, de devenir community manager indépendante. Et je n’ai jamais été aussi épanouie de toute ma vie.


Comme les pirates, je veux choisir ma destination. Comme eux, je choisis sur quel navire je veux naviguer et avec quel équipage.


2. Plus que jamais : me donner les moyens d’assouvir ma curiosité

Ceux que nous appelons aujourd’hui "pirates" n’avaient probablement pas imaginé le devenir un jour.

Ils étaient pour la plupart hors-la-loi et activement recherchés. Les plus sages (ou les plus redoutés ?) d’entre eux s’adonnaient au commerce pour survivre, quand d’autres se servaient sans scrupules dans les cargaisons adverses.


A l’origine, ils avaient tous des raisons différentes de prendre la mer mais se rejoignaient sur une valeur en particulier : une immense curiosité. Comme eux, je pense que des trésors se cachent dans les mondes inexplorés. Et je suis bien décidée à les trouver !


C’est déjà quelque chose que j’ai pu expérimenter durant ces 6 premiers mois de freelancing. Je me suis notamment inscrite à deux formations en ligne aussi passionnantes l’une que l’autre qui me font sortir de ma zone de confort. J’apprends à écrire, à me vendre, j’apprends des tas d’informations chaque jour sur le marketing digital et je découvre sans cesse de nouveaux sujets à creuser !


Au-delà des flots impétueux, un monde inconnu.

Pourquoi je vous raconte tout cela ?

Quand j’ai fait le lien entre mon intérêt pour la piraterie et ces deux valeurs, j’ai vite compris que je ne pourrais plus jamais ignorer cela à l’avenir : la liberté et la curiosité sont des valeurs fondamentales pour moi. Elles sont intrinsèquement liées à ma vision du travail.


Ça peut vous sembler anodin mais c’est en partie ce déclic qui m’a fait prendre conscience que devenir indépendante était peut-être une bonne idée. C’est un détail et pourtant ! Quelles conséquences il a eu sur ma vie… !


Car ce sont typiquement ce genre de détails qui peuvent faire la différence ! Ce genre de détails qui vous feront réaliser que vous êtes sur le bon chemin !


Et je ne dis pas que j’ai trouvé ma vocation grâce aux pirates… quoique ;) Mais cela m’a fait réfléchir, et pas qu’un peu… Je n’en serais pas là aujourd’hui si je n’avais pas compris ça.


J’ai réalisé que les petits détails du quotidien pouvaient s’avérer déterminants, si on apprend à les regarder. Alors voilà, je vous invite vous aussi à réfléchir à ce qui vous donnait des frissons, ce qui vous rendaient foncièrement heureux quand vous étiez petit et à y réfléchir : pourquoi ? Qu’est-ce qui vous rendait heureux à ce point ? Que pourriez-vous faire aujourd’hui pour retrouver cette sensation ?


Dites-moi quelles étaient vos passions d’enfants pas si anodines !


*Pirates : il est ici principalement question des pirates des XVIII et XIXèmes siècles, ceux que nous avons intégrés à notre inconscient collectif, notamment grâce aux romans et films de piraterie. La piraterie moderne existe mais c’est un autre sujet !


Vous pouvez aussi fixer un rendez-vous pour obtenir un diagnostic gratuit par téléphone de VOTRE stratégie de communication digitale ou pour établir un devis selon vos besoins.


Et pour ne rien rater des prochains articles et recevoir des infos bonus, inscrivez-vous à la newsletter :