• Alice Bodineau

Freelance = entrepreneur ?

Au début, quand je me suis lancée, la question ne se posait même pas : pour moi, il était évident que je n’étais pas une entrepreneuse. J’avais en tête le “CEO” d’une start-up à Lyon, Paris ou même Bordeaux. Quelqu’un de très dynamique, toujours occupé, courant d’un rendez-vous à l’autre, menant d’une main de maître le développement de sa start-up (ou plus généralement de son entreprise) d’un côté et son équipe de l’autre.

Bonjour le gros cliché de la start-up nation !

Les mois passant, mon regard sur les freelances à changer. A force de les côtoyer, mais aussi bien sûr, de le vivre quotidiennement, je me suis rendue compte que ce n’était pas une mince affaire que de gérer une entreprise, aussi petite soit-elle : administration, comptabilité, prospection, réseautage, formation... La question s’est finalement imposée d’elle-même : peut-on dire d’un freelance que c’est un entrepreneur ?


Pour Larousse, un entrepreneur n'est ni plus ni moins qu'un chef d'entreprise. Tous les freelances (micro-entreprise incluses) sont donc, à ce titre, des entrepreneurs. Selon Wikipédia, la définition est déjà plus nuancée : "l'usage courant l'assimile à un chef d'entreprise, tantôt porteur d'un projet d'entreprise en phase de démarrage, tantôt dirigeant d'une entreprise davantage établie, à laquelle le plus souvent il s'identifie étroitement et personnellement".


Pour apporter plusieurs pistes de réflexions, plusieurs regards sur cette question, j’ai demandé à plusieurs freelances de me donner leur vision des choses.


Voici leurs réponses.


Thomas (freelance en branding) :

ÉVIDEMMENT qu'être freelance c'est être entrepreneur - il existe même un autre mot pour ça : Solopreneur.

Comme tout entrepreneur, l'objectif d'un freelance c'est de résoudre un problème qu'il observe sur son marché, auprès de ses clients idéaux !


Je trouve que la réponse de Thomas donne un bon point de départ. En effet le terme “solopreneur” a été inventé pour décrire tous ses entrepreneurs qui n’ont pas de salariés. Pour autant, il ne faudrait pas tomber dans la fausse idée qu’un soloentrepreneur “travaille seul” : soloentrepreneur ou freelance, il est rare de se retrouver complétement seul : bien souvent (et c’est normal !), les freelances travaillent à plusieurs, en collaboration ou bien en lien étroit avec l’équipe du client.


De plus, Thomas n’a pas tort lorsqu’il parle des objectifs : comme une entreprise, un freelance vient apporter une solution à un problème. Peu importe la taille de l’entreprise ou le nombre de personnes qui travaillent sur ce problème.


Bon. Voilà qui nous donne déjà de quoi réfléchir. Pour compléter, voici le témoignage de Hanna (copywritrice freelance) :


Je sais que beaucoup de gens pensent qu'un freelance n'est pas un entrepreneur. Certes, je n'ai pas une équipe de 20 personnes à gérer, ni une usine à faire tourner.

Cependant, le point commun de tous les entrepreneurs et les freelances, c'est l'état d'esprit entrepreneurial. Tu ne peux pas être un bon freelance si tu ne traites pas ton activité comme une petite entreprise à faire tourner. L'état d'esprit entrepreneurial, c'est avoir la rage d'y croire, d' affirmer sa différence et traiter tes clients comme n'importe quel autre entrepreneur : les bichonner, les fidéliser...

Certes, nos obligations de gestion sont allégées. Pour autant, comme n'importe quel entrepreneur on a les mêmes préoccupations: la trésorerie, les fonds de roulement, le marketing, le branding, la rentabilité...

Quelque part, quand tu es freelance, tu as une double casquette: chef d'entreprise et exécutant. En tant que chef d'entreprise, tu fixes les orientations stratégiques et quand il faut réaliser la prestation, ben tu exécutes ;)

Je ne suis pas d'accord non plus sur le fait qu'un freelance vend son temps ; je préfère penser qu'il vend de la valeur ;)


Même les micro-entrepreneurs doivent s'occuper des chiffres (même si le système est simplifié).

On arrive à un point qui me semble essentiel sur cette question : l’état d’esprit entrepreneurial. C’est une notion que nous verrons également dans le témoignage de Khadija (copywitrice et storytelleuse) ci-dessous. Je pense qu’une bonne partie de la réponse se joue ici. En effet, ce n’est pas la même chose d’envisager son travail d’indépendant à court terme, sur quelques missions ou bien de définir une vision à long terme. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui se développe au fur et à mesure de l’aventure freelance. Rares sont les freelances qui se lancent avec une vision déjà très précise de ce qu’ils souhaitent. Si la “flamme” de l’entrepreneuriat se déclare, alors le freelance empruntera un autre chemin, plus engageant, plus stratégique, plus ambitieux. Le témoignage de Khadija fait écho à cette notion.


Pour moi, l’entrepreneuriat c’est mener à bien son projet, son rêve, c’est relatif à son « why ». C’est la capacité de concrétiser une idée et la transformer en une entreprise (idéalement florissante !).

Après ces quelques mois d’expérience, je vois aujourd’hui une nette différence entre un freelance et un entrepreneur.

A savoir que le freelance cherche souvent à échanger son temps contre de l’argent, jusqu’à parfois être du salariat déguisé (temps plein et présentiel).

L’entrepreneur, c’est selon moi, celui qui a une vision long terme de son entreprise et qui voit son entreprise comme un véritable business.

Le freelance s’imagine parfois retourner au salariat « ça ne va sûrement pas marcher », l’entrepreneur, lui a plus la rage de mener à bien son projet.


Pour terminer, voici le témoignage de Jennifer (rédactrice web freelance) qui aborde un sujet important pour traiter entièrement la question de l’entrepreneur-freelance : celui de la polyvalence.

Comme j’en parlais dans l’introduction, être freelance signifie obligatoirement devoir gérer un certains nombre de tâches annexes auxquelles on ne peut pas couper !


Je fais peut-être erreur mais en tant que freelance, je me sens l'âme d'une entrepreneure. Peut-être est-ce parce que j'ai d'autres projets en tête ou bien est-ce parce qu'en tant que freelance, je suis mon propre patron. Cela implique, tout comme pour un entrepreneur, de gérer toute la partie administrative, le démarchage, la facturation, etc. À tout cela, il faut ajouter le besoin de se renouveler, de trouver de nouveaux projets pour faire vivre sa famille ou tout simplement pour évoluer. Quoi qu'il en soit, pour moi, entrepreneur ou freelance : même combat. 😉

Bien entendu, les entrepreneurs qui ont une grande entreprise et de nombreux employés à gérer sont bien loin de mon quotidien. Je m'identifie plutôt aux entrepreneurs qui gèrent de petites entreprises.


Pour récapituler, un freelance entrepreneur :

  • a une vision à long terme, une ambition et un état d’esprit d’entrepreneur

  • ne vend pas son temps contre de l’argent

  • propose et vend une solution à un problème concret

  • doit gérer son administration, sa prospection, sa formation etc

A défaut d’avoir trancher la question, j'espère que ces témoignages vous auront permis d'y voir plus clair si vous souhaitez vous lancer ou si vous êtes au contraire, déjà lancé mais en pleine réflexion sur l'évolution de votre entreprise.


Vous êtes un freelance/entrepreneur/solopreneur/indépendant ? ;) Pour booster votre visibilité grâce aux réseaux sociaux, prenez rendez-vous et discutons-en !


Et pour ne rien rater des prochains articles, c'est par ici que ça se passe :