• Alice Bodineau

Dépasse ta peur : incarne ta marque sur les réseaux sociaux

Mis à jour : avr. 14

Trop souvent sous estimée par les communicant.e.s, l’incarnation de sa marque par son.sa fondateur.trice ou son équipe est loin d’être un détail. Or : les photos avec un visage obtiennent 38% de likes de plus que que les paysages ! Dans le milieu écolo / éthique, incarner sa marque peut faire peur pour de multiples raisons : peur de passer pour un prétentieux, peur d’être mal à l’aise, peur de la caméra, peur du jugement… Pourtant, incarner sa marque, lui donner un visage sur les réseaux sociaux, peut-être un élément décisif ! Prêt.e à dépasser tes craintes pour enfin incarner ta marque ?

Prochaine étape : un portrait de 4x3 dans le métro.

Pour une communication plus humaine et plus impactante

Imagine qu’un inconnu découvre ta marque par hasard. Il tombe sur le compte Instagram de la marque, son activité, ses produits ou ses services. Mais aucune photo de l’équipe qui se cache derrière... On ne sait pas qui est à l’origine du projet ni comment l’aventure a commencé. C’est là que le “branding” intervient (ce n'est pas un gros mot, pas de panique).


Le terme de branding désigne généralement une logique d’action marketing ou publicitaire qui cherche surtout à positionner favorablement une marque dans l’esprit du consommateur.

Qui mieux que celles et ceux sont à l’origine de l’entreprise, sauront raconter l’histoire en détail, les raisons qui les ont poussé à proposer ses produits/services et ce qui, aujourd'hui encore, continue de les faire vibrer ? Personne.


Un chouette exemple avec cette publication sur le compte Instagram de la boutique de mode éthique "Chez Inès et Julie" à Toulouse :


Les fondateur.trice.s restent indéniablement les mieux placé.e.s pour parler de leur marque. Dans les grosses entreprises, il peut-être plus difficile de solliciter le PDG (quoique) mais dans les TPE/PME, la présence des fondateur.trice.s peut être décisive car il.elle est profondément attaché.e à la marque, la connaît par coeur et cela se ressent forcément à l’image, même par écrans interposés. Ta marque porte intrinsèquement en elle tes valeurs, et cela ne se verra jamais autant que lorsque tu prends la parole pour en parler.


Comme lorsqu'on écoute quelqu'un parler avec passion d’un sujet qui ne nous intéresse pas particulièrement : la passion de l'interlocuteur se transmet. C’est exactement ça que l’on cherche !


Comme le dit Franck Provost (passé maître dans l’art d’incarner sa marque) à ce propos : "c’est plus authentique, plus sincère".


Incarner sa marque ne passe pas exclusivement par les fondateur.trice.s. Toute l’équipe de l’entreprise, tous les services peuvent être sollicités pour partager des moments de leurs vies professionnelles, les coulisses et des souvenirs marquants. Toutes ces histoires contribuent à la construction d’une image de marque aux yeux de la communauté, rendant ainsi l’entreprise infiniment plus humaine.


Tou.te.s celles et ceux qui connaissent l’entreprise de l’intérieur sont les bienvenu.e.s sur les réseaux sociaux : l’équipe donc, mais aussi les collaborateur.trice.s, les partenaires, les fournisseurs… Ils ont forcément des choses à raconter sur leur collaboration avec ta marque, sur les débuts, une anecdote ou un souvenir marquant : toutes les contributions sont bonnes à prendre (si elles mettent en valeur la marque bien sûr ;) ).


Les mots peuvent être (très) forts, mais la légende dit qu'une image vaut mille mots. Affirmer les valeurs de l’entreprise chaque jour sur les réseaux sociaux, en partageant les moments importants, en montrant les femmes et les hommes qui contribuent chaque jour au développement de la marque, aura plus d’impact qu’une belle présentation sur le site web.


Une stratégie de branding à long-terme

Je ne suis pas une grande fan de chiffres. Ils sont souvent mal utilisés, la plupart du temps dans une approche court-termiste. Or ce qui nous intéresse, ce qui m'intéresse, c’est de construire pour toi et avec toi, une communauté de clients fidèles et sincères. Une telle communauté ne se construit pas du jour au lendemain, cela demande du temps et de la patience. Mais si c’est par cet angle que j’ai décidé de m’attaquer aux grands méchants réseaux sociaux, c’est parce que de cette manière il est plus aisé de prendre du recul sur les algorithmes, d’être plus indépendant vis à vis de toutes ces plateformes.


Dans une approche court-termiste, l’incarnation de sa marque ne présente que peu d’intérêt. Elle ne déclenchera probablement pas de ventes en elle-même, elle ne fera pas décoller tes statistiques de manière spectaculaire. On est loin du “growth hacking” et ça tombe bien car ce n’est pas ce que l’on cherche.


Ce qui se joue là en plus subtil, plus discret et plus important aussi : il est question de confiance.


Tes clients ne t’accorderont pas leur confiance si facilement, c’est un travail de longue haleine mais qui vaut vraiment le coup. Une fois leur confiance gagnée (honnêtement), ils seront prêts à dépenser plus, plus souvent, et à recommander ta marque (tout cela bien sûr, si et seulement si la qualité des produits et des services en bout de chaîne est au rendez-vous !).


Anaëlle a vécu l'expérience avec son blog La révolution des tortues :

Comme tout le monde, j’ai des complexes et je crains ce qu’on va penser de moi. J’avais aussi peur de passer pour superficielle en postant des photos de ma gueule [sur Instagram]. C’est Lucie de Je deviens écolo qui m’a sensibilisée au fait qu’il fallait incarner son blog. Je me suis rendu compte qu’effectivement si je la suivais, c’était notamment parce que je m’étais un visage sur son compte. Ça fait comme un éclair dans ma tête, j’ai soudainement compris l’intérêt du « Personnal Branding » 😂. Ça suppose un travail sur soi, et lâcher prise sur ce qu’on va penser de moi, accepter de ne pas plaire à tout le monde, et ne pas prendre personnellement le fait que certains ne me suivent pas ou se désabonnent. Au niveau des conséquences, je constate plus d’engagement surtout au niveau des commentaires et messages, et mon compte se développe plus vite. Je pense que je suscite plus de confiance qu’avant…

Affirmer ses valeurs et incarner sa marque c’est aussi, effectivement, prendre le risque de déplaire. On ne peut pas plaire à tout le monde : c'est vrai dans la vie, et c’est encore plus vrai sur les réseaux sociaux. Ce qu’il faut comprendre, c’est que celles et ceux qui quitteront peut-être le navire laissent la place à des nouveaux, plus réceptifs aux valeurs de la marque.



Oser "s'afficher" sur les réseaux sociaux demande une certaine assurance et un investissement personnel conséquent, je le reconnais. Pour ma part, je pense sincèrement que le jeu en vaut la chandelle mais bien sûr la décision finale t'appartient. Le community management n'est qu'une succession de "bonnes pratiques", d'usages, que l'on choisit de s'approprier ou non selon ses envies et ses besoins. Incarner sa marque est une "bonne pratique" qui peut donner un vrai coup de pouce à l'image de ton entreprise sur les réseaux sociaux. Je t'invite à tenter l'expérience pour te faire un avis sur la question !


--

As-tu pensé à faire un diagnostic gratuit de ta présence sur les réseaux sociaux ?


Et pour ne rien rater des prochains articles, c'est par ici que ça se passe :



Sources : Influence4You et Omnicore Agency